Norman : Boulevard des Allongés

Peux-tu nous décrire ton parcours musical en quelques mots ?

Je suis chanteur dans le groupe Boulevard des Allongés. Nous avons monté cette formation en 2017 avec Mathieu, le bassiste, avec qui je jouais déjà dans mon précédent groupe Dive Bar.

Depuis, Nous avons recruté d’autres musiciens pour compléter la formation : Colin (violon, claviers), Julien (Guitare électrique), Manu (Batterie).

Où en es-tu aujourd’hui dans tes projets musicaux et que recherches-tu?

Le groupe a depuis beaucoup avancé. Nous avons sorti un clip en 2018 et un album de 12 titres cette année. Nous allons bientôt attaquer notre deuxième tournée, à l’été 2019. Nous essayons de jouer le plus possible pour rôder notre set et apprivoiser la scène.

Mon objectif est de réussir à mettre en avant la richesse de la poésie française à travers l’énergie du rock. J’évite le plus possible de parler d’évidences. Je travaille longtemps les textes pour offrir différents niveaux de lecture. Le sens des textes n’est pas toujours donné à la première écoute et certains requièrent un effort de la part de l’auditeur. Cet effort est ce que j’appelle un partage : d’une certaine manière, le public est amené à participer pour creuser les chansons et les faire siennes.

Nous composons en permanence, et nous réfléchissons à la sortie d’un second EP en 2020, qui allierait sonorités électro et sons plus acoustiques avec des instruments comme la contrebasse et le banjo.

Quels sont tes lieux préférés pour la musique à Paris ?

Bizarrement, nos meilleures expériences de scène se trouvent en dehors de la capitale ! Surtout lorsque nous jouons plusieurs jours d’affilée lors de nos tournées en région. Les lieux sont très accueillants et le public est toujours curieux.

Une autre anecdote/info que tu souhaites partager ?

Oui ! La chanson le Morellon a été co-écrite avec mon grand-père. Lorsque j’étais petit, nous passions souvent par ce village (qui existe vraiment, il se trouve dans l’Isère) et il avait l’habitude de me raconter que les habitants avaient nommé leur village ainsi car un jour, un ivrogne s’était endormi sur la chaussée et qu’au matin, un rouleau compresseur l’avait écrasé. Les gens se seraient écriés : le mort est long ! Enfant naïf que j’étais, j’ai cru à cette histoire ! Et récemment, j’ai eu envie d’en faire une chanson avec lui.

Retrouvez Boulevard des Allongés sur Instagram, Facebook, Youtube ainsi que sur leur site internet.

Voir nos articles > ici <

Leave your thought