Vincent Robinson, conteur d’histoire

Vincent Robinson lie les diverses traditions folk et la chanson française, tout en empruntant à l’onirisme des contes.

Comment avez-vous décidé de lancer ce projet et quel a été votre parcours musical ?

Après avoir été contrebassiste dans de nombreux groupes allant du Rap/Jazz au Rock en passant par les musiques du monde et la folk, j’ai eu envie de me recentrer autour de mon propre univers. J’avais depuis longtemps l’envie d’écrire mes propres chansons et de les mettre en musique. Je ne savais pas encore comment m’y prendre ni avec qui les jouer.

Et puis ça a été le déclic. Une est venue, puis une autre et encore une autre. J’avais décidé de faire simple, à la fois dans les textes que dans les mélodies.  En écrivant ces chansons, je rendais hommage à tout les chanteurs que j’avais pu écouter depuis mon enfance, qu’ils soient français ou anglo-saxons.

Suite à ça, j’ai invité deux amis à jouer ces chansons avec moi, (Olivier Maignan à la guitare et Camille Pierron au banjo), afin de leurs donner un peu plus de matières, d’identité. Nous les avons défendus devant quelques publics entre Paris et Angers  puis nous les avons enregistrées dans un studio de répétition du côté de Bastille avec Antoine Campredon.

Cette première année a aboutit sur mon premier Ep « D’un regard à l’Autre », sorti le 24 novembre 2019.

Où en êtes-vous aujourd’hui et quelles sont vos ambitions pour la suite ?

A peine sorti, « D’un regard à l’Autre » a été suivi de deux clips : « Si Tu », réalisé par Arthur Gouté et Samuel Berner puis « Diên Biên Phu », réalisé par Rémi Dayre.

Je suis maintenant à la recherche de dates pour pouvoir défendre ces chansons sur scène. Développant ce projet de manière totalement indépendante cela prend du temps mais ça me laisse aussi beaucoup de liberté pour rester le plus intègre possible.

Après une courte pause, j’ai commencé à écrire de nouvelles chansons, pour un futur disque et j’ai aussi reçu une commande pour réaliser la musique d’un court-métrage.

Avez-vous des lieux favoris pour jouer à Paris ?

Je suis très attaché à Montreuil ou je vis depuis maintenant trois ans. On y trouve beaucoup de lieux plus ou moins secret qui défendent à leur manière la musique, le théâtre ou les arts en général.

Mais sinon j’aime beaucoup Le Moki dans le 20e ou encore La Gare dans le 19e. Des lieux comme la miroiterie me manquent énormément.

Votre prochain rendez-vous ?

Si l’Ep n’est sorti que de manière digitale, un pressage physique est prévu pour le printemps. Cette seconde sortie donnera lieux à une release party dans un lieux qui reste à déterminer.

Une autre anecdote/info que vous souhaitez partager ?

Je serais très heureux de pouvoir écrire pour les autres.

Pour aller plus loin

Retrouvez Vincent Robinson sur Facebook, Instagram et sur Youtube.

Et aussi…

Leave your thought