Huit Nuits, une porte sur l’imaginaire

Huit Nuits, c’est un mélange de poésie, de violoncelle, de voix entrelacées et de percussions. À travers leurs musique lyriques et planantes, ils cherchent à faire appel à l’imaginaire de chacun.

Comment avez-vous décidé de lancer ce projet et quel a été votre parcours musical ?

Le plus naturellement du monde. Une fulgurance, un soir un peu ivre, un bœuf, une reprise de la magnifique « Oh Sister » de Bob Dylan à deux voix, puis un désir fort de recréer la magie de cette osmose artistique, mais sur scène, avec nos propres compositions.

Au départ la formation Huit Nuits étais très acoustique et intimiste, il nous a fallu plusieurs périodes de résidence pour définir clairement l’identité du groupe.

Nous avons pris le temps de créer un set audacieux, de sortir un clip insolite aux allures de mini-métrage soutenu par la SACEM, de composer des arrangements originaux pour quatuor à cordes et flutiste afin d’enregistrer un EP singulier à la hauteur de notre engagement artistique.

Notre musique doit être un facteur de rencontre et d’échange traitant de thèmes universels, mais ce qui fait notre originalité c’est cette pointe de mélancolie sans tristesse, de sentiments dévoilés sans tabous, ce désir d’aborder l’intime, à travers des sujets parfois sombres, mais sans gravité.

Où en êtes-vous aujourd’hui et quelles sont vos ambitions pour la suite ?

L’harmonie, humaine et musicale, tient une place essentielle aujourd’hui au sein du projet. Huit Nuits, c’est une porte sur l’imaginaire. Le mélange des timbres tend à créer l’illusion d’une voix double. Les deux auteur(e)s, Manon et Pierrick, revendiquent une liberté affranchie dans le choix des mots et de la langue française. Il s’agit d’un rendez-vous entre une plume singulière, exigeante, et une musique élégante et hybride. Huit Nuits est un groupe empirique, un mélange subtil d’influences.

Nous sortons tout juste notre ep Entre Deux Mondes au national mais rêvons déjà à l’album qui suivra. Tous les trois ambitieux et passionnés, nous ne comptons pas nous arrêter en si bon chemin. Nous sommes des amateurs de métissage, cela se ressentira encore davantage dans les sonorités mélangées des futurs titres. Soutenue par la région et la scène normande, le groupe est également lauréat Mégaphone Tour 2020.

Avez-vous des lieux favoris pour jouer ?

Nous répétons à Rouen dans la SMAC le 106 et la scène conventionnée chanson Le Trianon Transatlantique, deux salles qui nous soutiennent depuis le début.

Votre prochain rendez-vous ?

Entre Deux Mondes est sortie le 28 février avec L’Autre Distribution donc disponible sur Deezer, Spotify mais également à la Fnac et autre magasins culturels. Nous sommes heureux de cette belle concrétisation.

Un clip de notre titre phare, La Mer Est Loin, sortira également autour du 27 mars, pour en savoir plus, suivez-nous sur Facebook et Instagram !

Nous jouerons à Paris à La Nouvelle Seine pour la Release Party le 30 mars, mais également à la Ferronnerie à Paris le 1 avril, le 9 mars au Musée des Beaux Art de Rouen et ailleurs en région Normandie. Toutes les dates seront annoncées très prochainement sur les réseaux sociaux.

Une autre anecdote/info que vous souhaitez partager ?

Nous aimons l’amour et la création sans concession. Venez partager un moment onirique et hors du temps avec nous !

Pour aller plus loin

Retrouvez Huit Nuits sur Facebook, Instagram et Youtube !

Et aussi…

Leave your thought